Comment fonctionne une imprimante 3D ?

Dans le monde d’aujourd’hui, grâce à la technologie, les ingénieurs et scientifiques ne cessent de fabriquer de pures merveilles ! Non seulement ces fruits de la nouvelle technologie sont d’une apparence attrayante, mais ils sont aussi hyper pratiques dans la vie quotidienne. Ils répondent exactement à nos besoins, nous facilitent la vie et nous permettent de réaliser des actions ou des choses que l’on n’a jamais pu imaginer auparavant. C’est le cas, par exemple, des appareils de transport routier, aérien, naval, et même dans l’espace. Mais c’est aussi le cas pour le nouveau modèle d’imprimante : l’imprimante 3D !

Qu’est-ce que l’impression 3D ?

L’impression 3D, aussi connue sous le nom d’impression tridimensionnelle ou fabrication additive par les industriels, constitue des processus de conception de pièces de tout type et de toute matière à partir d’un modèle numérique, ce par superposition ou agglomération de couches de matière. En fait, le principe d’impression 3D se fait comme suit : un dessin 3D est réalisé par outil de conception assistée par ordinateur ou CAO, ensuite ce dessin est traité par un logiciel particulier pour préparer le découpage des couches à superposer, et enfin le fruit du logiciel est imprimé en 3D, c’est-à dire que les couches découpées se solidifient une par une et se superposent l’une sur les autres afin d’avoir les pièces souhaitées.

Matières et procédés

D’après l’historique de la technologie d’impression 3D, cette innovation a débuté vers la fin des années 1900 et le début des années 2000. A l’origine, on utilisait de la résine chauffée ou du métal en poudre. Mais au fil du temps, on a utilisé d’autres matériaux, tels que le plastique, le métal qui inclut acier, titane, platine ou aluminium, la cire, la céramique, le plâtre et le verre. A chaque matière utilisée correspond des méthodes particulières pour obtenir des pièces particulières. Pour le plastique, il y a, par exemple, un procédé nommé « impression par dépôt de matière fondue » ou FFF. Il consiste à extruder un filament plastique chauffé. Pour la résine, il y a la méthode appelée « stéréolithographie » à partir de laquelle la résine est polymérisée par un laser ultraviolet. Et pour les poudres, il y a le frittage laser sélectif qui permet de faire fondre les poudres par un laser.

Impression 3D écologique

Encore meilleur : l’impression 3D écologique existe ! L’impression 3D écologique consiste surtout à appliquer les procédés d’impression à partir de matières biodégradables. Par exemple, aujourd’hui, des entreprises fabriquent du plastique à partir d’algues marines, d’amidon de maïs, ou d’autres végétaux, et ce plastique est la matière à utiliser par une imprimerie 3D écologique. Ce type de plastique est très bien compatible avec les imprimantes 3D. Les fabricants proposent même des formules de procédés adaptées à ce type de plastique.

L’impression écologique : papier recyclé et encre végétal
De nouvelles technologies pour imprimer à moindre coût !